Ethiopie : l'armée libère une ville historique

Ethiopie - Conflit - Conflit


Les forces pro-gouvernementales ont libéré la ville de Lalibela, dans la région d’Amhara, classée patrimoine mondial de l’Unesco, a appris APA mercredi.

Lalibela, qui abrite des églises du XIIIème siècles taillés dans la roche, est un lieu saint pour des millions de chrétiens orthodoxes. Depuis le début du mois d'août, le lieu saint était tombé sous le contrôle des rebelles de la région du Tigré, dans le nord du pays.

Les combattants Amhara des groupes d'autodéfense villageois, également connus sous le nom de « Fano », ont réussi à libérer plusieurs villes de Wollo et Shewa cette semaine, notamment Wore Ilu, Majete et Gashena, sans aucune aide du gouvernement fédéral.

La libération de ses villes sous l'emprise des forces rebelles est intervenue après que le Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé sa décision de rejoindre le front de bataille pour contrer les forces du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) et du Front de libération de l'Oromo (OLF) qui progressent vers la capitale.

Le Premier ministre Abiy Ahmed s'est rendu sur le théâtre des opérations pour diriger personnellement l'armée éthiopienne contre le TPLF. A cet effet, il a appelé les Ethiopiens à le rejoindre sur le front de bataille. Sa décision semble avoir été entendu dans la mesure où des personnalités du pays se résolvent à monter au front si nécessaire.

C'est le cas du légendaire athlète éthiopien de fond, Hailé Gebreselassie, plusieurs fois champion du monde et olympique, qui a déclaré mardi qu'il continuerait à tout à faire pour aider le gouvernement, quitte même à aller au front.

MG/abj/fss/cgd/APA

Dans la même Rubrique
RDC : plus de 70 déplacés internes tués en dix jours (HCR)
Vaccination Covid : que de doses perdues en Afrique !
Zambia Airways, le nouveau décollage
L'Ethiopie dément avoir attaqué des soldats soudanais
Ethiopie : le TPLF battu à la frontière soudanaise