Conflit au Tigré : Abiy Ahmed est-il prêt pour le champ de bataille ?

Éthiopie - Conflit - Sécurité


Le Premier ministre éthiopien, pour barrer la route aux rebelles déterminés à s’emparer d’Addis Abeba, a pris la direction des opérations. Un pari risqué.

Abiy Ahmed, dans un communiqué visant à convaincre ses concitoyens de la nécessité de défendre l'Éthiopie contre « les actes d'agression qui menacent sa souveraineté », a déclaré qu'il montrerait l'exemple.

Le lauréat du prix Nobel de la paix 2019 serait donc disposé à endosser l'uniforme de chef de guerre contre le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) et le Front de libération oromo (OLF).

Les forces fédérales éthiopiennes, qui jouissaient par le passé d'une solide réputation dans toute l'Afrique, semblent avoir perdu l'initiative militaire. Les rebelles ont récemment pris le contrôle de Shewa Robit, une ville située à 220 kilomètres au Nord d'Addis Abeba, ouvrant ainsi un accès direct à la capitale éthiopienne.

L'armée fédérale soutient que la réalité du terrain est tout autre car « le succès spectaculaire des rebelles » serait juste une « propagande » savamment orchestrée. Sur le champ de bataille, les troupes éthiopiennes disent tout simplement avoir abandonné des positions militaires non stratégiques.

Hier lundi, Abiy Ahmed a affirmé sur les réseaux sociaux qu'il va « diriger les forces de défense », non sans inviter les Éthiopiens valides à défendre la patrie en le rejoignant sur la ligne de front.

Pour de nombreux observateurs, le Premier ministre est responsable du manque de dynamisme de l'armée régulière. La décision du Premier ministre de participer personnellement à ce que son gouvernement appelle une « guerre existentielle pour sauver l'âme de l'Éthiopie » suscite des réactions mitigées dans son pays.

Les soutiens d'Abiy Ahmed rappellent qu'il a servi comme soldat pendant la guerre contre l'Érythrée voisine entre 1998 et 2000 d'où son grade de lieutenant-colonel. Durant ce conflit ayant fait des dizaines de milliers de morts dans les deux camps, l'actuel Premier ministre éthiopien aurait eu « une attitude courageuse ».

Pour d'aucuns, Abiy Ahmed veut simplement apparaitre sur le champ de bataille afin de remonter le moral de ses commandants. Il ne serait pas le premier dirigeant à jouer ainsi son va-tout. En avril dernier, le président tchadien Idris Deby est mort dans une escarmouche entre les troupes gouvernementales et des rebelles venus de la Libye.

Getachew Reda, le porte-parole du TPLF, considère la promesse d'Abiy Ahmed comme de « la poudre aux yeux » qui n'arrêtera pas leur combat pour libérer le reste de l'Éthiopie. Jusque-là, les appels au cessez-le-feu de l'Union africaine (UA) sont restés lettre morte.

WN/as/lb/id/APA

Dans la même Rubrique
RDC : plus de 70 déplacés internes tués en dix jours (HCR)
L'Ethiopie dément avoir attaqué des soldats soudanais
Le Rwanda accueille des militaires néerlandais
Ethiopie : le TPLF battu à la frontière soudanaise
Ethiopie : Haile Gebreselassie prêt pour le combat au Tigré