Crise somalienne : l'OCI prône le dialogue

Somalie - Politique - Crise - Réaction


L’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) appelle les Somaliens à privilégier cette voie pour éviter l’escalade de la violence.

Mogadiscio, la capitale de la Somalie, a été le dimanche 25 avril, le théâtre de violents affrontements entre les forces spéciales de l'armée fédérale et des soldats mutinés. La raison de cette fissure est la prolongation de deux ans du mandat présidentiel de Mohamed Abdullahi Mohamed dit Farmajo.

Celle-ci est jugée illégale par l'opposition qui bénéficie du soutien de mutins issus d'une ancienne milice intégrée dans l'armée régulière. Le mandat du président Farmajo a expiré le 8 février dernier. Mais sans la tenue d'une élection, il a promulgué contre l'avis de la communauté internationale une loi pour le prolonger.

Depuis, cet Etat fédéral vit une crise politique. A travers un communiqué de son Secrétariat Général, reçu ce lundi à APA, l'Organisation de la Coopération Islamique (OCI) dit suivre « avec préoccupation la situation » et exhorte les différentes parties à dialoguer afin de « parvenir à un accord consensuel et global ».

En outre, cette organisation comptant 57 Etats membres dont la Somalie a réaffirmé sa disposition à aider pour que ce pays de l'Afrique de l'Est « surmonte les difficultés endurées, (puis) assure sa sécurité, sa stabilité et son unité ».

A ce jour, il n'y a aucun bilan officiel des heurts entre l'armée fédérale et les soldats mutinés.

ID/APA

Dans la même Rubrique
Mali : décès de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta
Nigeria : décès de l'ancien président Ernest Shonekan
Guinée : naissance d'une nouvelle plateforme politique
Somalie : épreuve de force entre le président et le PM
Cameroun : Amnesty International ravie de la libération de trois étudiants