Sénégal : Sonko et Adji Sarr « s'évitent » devant le doyen des juges

Sénégal – Presse – Revue


Les quotidiens sénégalais parvenus mercredi à APA titrent principalement sur la confrontation entre les deux protagonistes de l’affaire du salon de massage Sweet Beauty, une affaire qui a coûté au moins quatorze vies de personnes en mars 2021.

EnQuête livre « les coulisses de la confrontation » entre la masseuse Adji Sarr et son présumé bourreau qu'elle accuse de « cinq viols » et menaces de mort, en l'occurrence l'opposant Ousmane Sonko, maire de Ziguinchor (sud), arrivé troisième à la dernière présidentielle avec plus de 15 % des suffrages.

« Lors d'une confrontation électrique, les deux protagonistes ont choisi leurs questions » et « se sont +courtoisement+ évités ». C'est pourquoi Walf Quotidien estime que « la confrontation n'a pas eu lieu ».

« C'était un massacre, ce n'était pas une confrontation », soutient Ousmane Sonko dans Vox Populi là où Adji Sarr note que « c'était décevant, (parce que) il (Sonko) a refusé de parler ». Mais d'après ce journal, c'est une « farouche bataille d'opinion » que se mènent les deux parties.

Revenant sur « les minutes du face-à-face » entre le leader du parti Pastef et son accusatrice, L'Observateur note qu'« aucune des deux parties n'a voulu dévoiler sa stratégie ». Le journal affirme que « la masseuse déroule un film érotique » dans le bureau du doyen des juges, Oumar Maham Diallo, avant que Sonko n'« accrédite la thèse du complot et nie le viol ».

Après cette confrontation, Sud Quotidien s'attend « maintenant à savoir quelle suite sera donnée à cette scabreuse affaire teintée de politique, ayant causé la mort de plus d'une dizaine de jeunes Sénégalais », en mars 2021, à la suite de la courte arrestation du maire de la ville de Ziguinchor, considéré comme le principal opposant du pouvoir de Macky Sall.

Les Lions du foot rentrent au bercail

Le Soleil se fait l'écho de l'accueil de l'équipe nationale de football du Sénégal au palais de la République après son parcours qui s'est terminé en huitième de finale de la Coupe du monde en cours au Qatar. Malgré tout, le président « Macky Sall (se dit) fier des Lions » et a décidé de maintenir les primes de qualification prévues pour le quart de finale, l'objectif initial du Sénégal dans cette compétition footballistique, souligne le quotidien national qui fait état aussi de la qualification du Maroc en quart de finale après sa victoire mardi soir aux tirs au but devant l'Espagne.

La pilule de l'élimination du Sénégal ne semble toujours pas passer pour Stades, notant que les absences d'Idrissa Gana Guèye et de Cheikhou Kouyaté « ont fait mal » aux Lions. Les protégés du sélectionneur Aliou Cissé « ont perdu cette agressivité » en l'absence des deux expérimentés milieux de terrain, ayant été « de toutes les campagnes internationales depuis 2012 », rappelle le quotidien sportif. A eux deux, ils comptent 182 sélections, onze buts et six passes décisives.

« Ils ont fini par nouer une complicité à fort caractère ». Un élément qui a probablement manqué dans le jeu des Lions du Sénégal, battus (3-0) dimanche par l'Angleterre, en huitième de finale de cette Coupe du monde 2022 qui doit s'achever le 18 décembre prochain par la grande finale.

ODL/cgd/APA

Dans la même Rubrique
Sénégal : un ancien chef du parquet répond à Ousmane Sonko
Au Sénégal, l'Afrique cherche des solutions contre la faim
Sénégal : l'ex-PM Aminata Touré perd son mandat parlementaire
Sénégal : Macky Sall prend le parti de la justice
Sénégal : Ousmane Sonko charge le doyen des juges et « appelle à la résistance »