Economie et enseignement supérieur au menu des quotidiens marocains

Maroc-Presse


L'avis du Conseil de la concurrence sur le marché des carburants et les enjeux du recrutement dans le secteur de l’enseignement supérieur sont les principaux sujets traités par les quotidiens parus ce mardi.

Evoquant l'avis rendu par le Conseil de la concurrence sur le marché des carburants, +L'Opinion+ écrit que ce rapport, qui couvre la période entre 2018 et 2022, révèle que les pétroliers ont profité de la libéralisation pour faire exploser leurs marges.

Cette situation pourrait s'expliquer par le niveau de rentabilité financière très élevé que cette activité permet de générer et qui n'incite pas les opérateurs à une rivalité concurrentielle par les prix sur ces marchés, du moment qu'ils sont assurés, ou presque, de la réalisation de résultats positifs quels que soient la conjoncture ou le nombre d'opérateurs, déplore la journal.

Cela pourrait s'apparenter à une configuration de situation de rente, puisqu'ils ont la garantie qu'aucun nouvel entrant n'aura la taille ni les capacités financières pour venir les bousculer, ajoute-t-il.

C'est pourquoi, une réforme profonde du cadre légal et réglementaire régissant le marché des hydrocarbures devient nécessaire, d'autant plus que les activités économiques liées aux marchés du gasoil et de l'essence, sont toujours régies par des textes désuets, voire obsolètes, qui datent des années 70 du siècle dernier, et ce, malgré les bouleversements qui ont marqué les marchés de ces produits, soutient-t-il.

+Aujourd'hui le Maroc+, quant à lui, estime que l'avis du Conseil a plus particulièrement établi deux faits majeurs, entre autres conclusions.

Le premier est que, contrairement aux fausses vérités, le niveau et volume des marges dégagées par l'ensemble des distributeurs n'est finalement pas celui que les réseaux sociaux ont martelé des mois durant.

Le second constat est qu'il n'y a strictement aucune ombre d'entente entre opérateurs sur les prix de vente, explique le quotidien.

Les sages et experts de ce Conseil n'ont rien inventé, mais seulement collecté, compilé et analysé des données auprès des opérateurs et des acteurs du secteur, relève-t-il.

Il s'agit là de la réponse la plus institutionnelle qui soit, émanant de la seule autorité habilitée constitutionnellement à rendre de tels verdicts, ajoute-t-il.

+L'Economiste+, qui s'attarde sur le secteur de l'enseignement supérieur, écrit que la rentrée universitaire est marquée par deux grandes nouvelles: un record de 2.350 recrutements pour les universités en 2023, et la fin des postes dits "transformés".

Instaurée il y a quelques années, l'expérience des postes “transformés”, c'est à dire, récupérer des docteurs d'autres départements ministériels et les affecter à l'enseignement et à la recherche pour trouver une solution au déficit d'enseignants, a montré ses limites, constate l'éditorialiste.

L'Enseignement supérieur ayant subi les conséquences du sous-investissement chronique en capital humain, cet effort en recrutement, lié à la volonté du gouvernement de renforcer la formation en santé et en sciences de l'éducation, devrait être maintenu, voire augmenté, plaide-t-il.

HA/APA

Dans la même Rubrique
Maroc/RAM: RAM : nouveau programme de vols pour les supporters du Maroc en quart de finale
Sénégal : Sonko et Adji Sarr « s'évitent » devant le doyen des juges
Sport et climat au menu des quotidiens marocains
Mondial 2022 : Le Roi Mohammed VI félicite les Lions de l'Atlas pour leur qualification historique
Mondial 2022 : qualification historique du Maroc aux quarts de finale