Centrafrique : revers juridique de Touadéra sur un troisième mandat

Centrafrique – Politique – Justice


Le président centrafricain Faustin Archange Touadéra, avait déjà tenté en mars dernier de supprimer la limitation des deux mandats présidentiels lors d'un « dialogue républicain ».

C'est un gros camouflet pour le président du Centrafrique en fonction depuis six ans. En effet, la Cour constitutionnelle a annulé vendredi 23 septembre 2022, plusieurs décrets visant à mettre en place un comité pour rédiger une nouvelle constitution.

En effet, la plus haute juridiction du pays estime que l'initiative d'un référendum de révision de la constitution ne peut se faire en violation du serment prêté par Touadéra lors de son investiture en 2020. Ce dernier avait déclaré «je jure devant Dieu et devant la nation d'observer scrupuleusement la Constitution (...) ni de réviser le nombre et de la durée de mon mandat».

Faustin-Archange Touadéra, élu en 2016 et réélu en 2020 après un scrutin contesté par l'opposition, avait mis en place un comité chargé de rédiger un nouveau projet de Constitution.

Une nouvelle charte fondamentale, qui, selon l'opposition centrafricaine, devait faire sauter le verrou de la limitation des mandats.

Vers un coup d'Etat constitutionnel

Cependant, le camp du chef de l'Etat ne semble pas ébranlé par cette décision de justice. «La Cour constitutionnelle a dit le droit et nous acceptons cette décision. Nous aurions dû la consulter en amont du projet de décret», a confié Fidèle Gouandjika, ministre conseiller spécial du chef de l'État centrafricain à l'Agence France presse (AFP). Mais «nous ne sommes pas inquiets», a-t-il dit, soulignant: «un coup d'État constitutionnel est toujours possible».

La Centrafrique est minée depuis plusieurs années par des guerres civiles. La dernière en date déclenchée en 2004, oppose le gouvernement centrafricain et plusieurs groupes rebelles dits « politico-militaires » pour la plupart originaires du nord-est du pays. Ces mouvements contestataires se plaignent de la marginalisation de certaines ethnies du pays par l'Etat centrafricain.

CD/APA

Dans la même Rubrique