L'Af'Sud se lance dans la fabrication d'aéronefs militaires

Afrique du Sud-Sécurité


La première livraison de l’appareil à deux pilotes est prévue cette semaine.

L'un des constructeurs aéronautiques sud-africains, le Paramount Group, a fabriqué un avion léger polyvalent d'une valeur de 10 millions de dollars capable d'être utilisé dans des opérations de reconnaissance militaire.

Le fondateur de Paramount Group, Ivor Ichikowitz, a déclaré mercredi que l'avion biplace, connu sous le nom de Mwari, est capable de participer à des opérations militaires en tant qu'avion de frappe de précision et que la société a ciblé les zones de conflit en Afrique comme son principal marché.

Il s'agit du premier appareil de ce type produit dans le pays depuis les années 1980, lorsque le fabricant d'armes public Denel a dévoilé l'hélicoptère d'attaque Rooivalk ou Red Falcon, selon Ichikowitz.

Paramount, la plus grande entreprise privée d'Afrique dans le domaine de la défense et de l'aérospatiale, a déclaré avoir remporté des commandes pour le Mwari, la première livraison devant avoir lieu cette semaine après une période de développement de 11 ans.

L'entreprise vise à vendre le Mwari, un mot de la langue shona du Zimbabwe qui signifie « la divinité omnisciente et omniprésente », dans le monde entier où il peut être utilisé à des fins de contre-insurrection ainsi que pour d'autres applications, notamment la surveillance maritime et les missions anti-braconnage.

Pour le moment, neuf appareils ont été commandés par deux forces aériennes, a déclaré la société, qui n'a pas voulu divulguer leur identité.

L'avion à deux pilotes peut transporter jusqu'à une tonne d'armes à guidage de précision et, avec une charge plus légère, a une portée d'environ 960 km.

NM/jn/fss/te/APA

Dans la même Rubrique
Pretoria va livrer des vaccins anti-Covid-19 au Libéria
Soldats ivoiriens arrêtés au Mali : l'Onu appelle à leur libération immédiate
Af'Sud : Dlamini-Zuma défie Ramaphosa pour le contrôle de l'ANC
Afrique: la COP 27 invitée à mettre l'accent sur l'agro-écologie
Mali : Bazoum prédit le pire pour Ménaka