Mali : la crise avec Abidjan s'invite à la semaine de la réconciliation

Mali – Côte d’Ivoire – Sécurité - Crise


En ouvrant la première édition de la Semaine nationale de la réconciliation, les autorités de la transition veulent arriver à « la cohésion sociale au Mali » sans suspendre les demandes d’extradition de compatriotes exilés à Abidjan.

Le colonel Assimi Goïta a donné jeudi 15 septembre 2022, au Centre international de conferences de Bamako (CICB), le coup d'envoi de la Semaine nationale de la réconciliation (Senare). Cet événement sera célébré jusqu'au 21 septembre sur le thème « Faisons de la diversité un atout pour la cohésion sociale au Mali », un pays du Sahel miné par les violences jihadistes et dirigé depuis deux ans par une junte.

Pour le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, « une semaine comme celle que nous lançons en ce moment est une aubaine pour chasser les démons de la division et de la terreur afin que germent les perspectives de développement, facteur d'épanouissement collectif ».

« Il est donc de notre devoir de créer les conditions d'un retour à nos valeurs séculaires pour réconcilier les communautés, réconcilier l'État et les citoyens, en somme, réconcilier l'ensemble des composantes de notre pays afin de faire émerger une unité nationale plus solide, car ancrée dans les valeurs d'écoute mutuelle et de pardon. C'est à ce prix que nous pourrions utilement orienter nos énergies ainsi que nos intelligences vers le développement réel de notre nation », a-t-il poursuivi.

Le chef de l'Etat malien invite ses compatriotes à « se focaliser sur ce qui nous rapproche ». En même temps, il exige d'Abidjan l'extradition de certains responsables politiques maliens frappés par des mandats d'arrêts. Il s'agit de Karim Keïta, le fils de l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta renversé par les militaires en 2020, et des anciens ministres Tiéman Hubert Coulibaly, Mamadou Igor Diarra, de l'ancien Premier ministre Boubou Cissé et du banquier Babably Bah.

Bamako met en garde la Cedeao

Après avoir libéré début septembre trois femmes sur les 49 soldats ivoiriens détenus pour « mercenariat », Bamako avait demandé une nécessaire « contrepartie » à Abidjan, faisant allusion à l'extradition de « ces personnalités (qui) bénéficient de la protection de la Côte d'Ivoire pour déstabiliser le Mali ».

Mais le président ivoirien Alassane Ouattara, après avoir présidé mercredi dernier le Conseil national de sécurité (CNS), a refusé d'accéder à la demande du colonel Assimi Goïta, dénonçant un « chantage inacceptable » avant de réclamer la tenue d'un sommet de la Communauté des Etats d'Afrique de l'ouest (Cedeao) pour la libération « sans délai » des 46 soldats ivoiriens encore détenus à Bamako.

Les 49 soldats ivoiriens ont été arrêtés le 10 juillet au Mali, présentés comme des « mercenaires », puis inculpés mi-août de « tentative d'atteinte à la sûreté extérieure de l'Etat » et formellement écroués. Abidjan assure en revanche que ces soldats étaient en mission dans le cadre d'opérations de soutien logistique à la Mission des Nations unies au Mali (Minusma).

Mais le Mali, qui sort de six mois d'un embargo de la Cedeao, a mis en garde jeudi soir contre toute « instrumentalisation » de cette organisation sous-régionale dans la crise avec la Côte d'Ivoire voisine. Le gouvernement malien, dans un communiqué lu par le Premier ministre par intérim, le colonel Abdoulaye Maïga, affirme que l'affaire des 46 soldats ivoiriens « est purement judiciaire et bilatérale » et la médiation engagée par le Togo est « l'unique cadre de règlement du dossier ».

Accusant les autorités ivoiriennes d'être animées par une « volonté d'adversité » et « d'avoir transformé un dossier judiciaire en une crise diplomatique », le Mali les appelle à ne pas « se soustraire à leur responsabilité » et prévient qu'il « n'est nullement concerné par cette procédure devant l'instance communautaire ».

ODL/te/APA

Dans la même Rubrique
L'Afrique face aux chocs pandémique, climatique et géopolitique (rapport)
Umaro Sissoco Embalo en voyage en Russie et en Ukraine
Burkina : Près de 2 millions de déplacés internes après des attaques jihadistes
Au Burkina, « on a frôlé la catastrophe » (analyste)
Crise guinéenne : le médiateur Yayi Boni chez Alassane Ouattara