Sénégal: Sonko et Doudou Kâ se donnent en spectacle dans la presse

Sénégal – Presse – Revue


Les quotidiens sénégalais parvenus mercredi à APA titrent principalement sur les joutes verbales entre Ousmane Sonko et Doudou Kâ au lendemain des affrontements sanglants entre leurs partisans au sud du pays.

Vox Populi se fait l'écho des « sévères mises en garde de Sonko depuis Ziguinchor ». Le leader de Pastef déclare que « ce qui s'est passé hier (lundi) ne se reproduira plus, ou alors les conséquences seront désastreuses ». De son côté, Doudou Kâ de l'APR (pouvoir) liste les « mensonges de Sonko » avant d'affirmer dans Le Quotidien qu'il lui montrera qu'il est « son père en politique ».

Dans ce journal, qui décrit au passage « les maux d'une bataille », l'opposant arrivé troisième avec plus de 15% des suffrages à la dernière présidentielle réplique : « C'est Macky Sall mon alter ego ».

L'AS souligne ainsi que « Sonko et Doudou Ka jouent les prolongations » après l'altercation sanglante qui a surgi entre leurs partisans lundi passé. Dans Le Témoin, « Sonko charge la police et met en garde Doudou Ka ». Indexant ce dernier comme étant la cause des affrontements qui ont fait de nombreux blessés, il dénonce « l'inertie de la police ».

Dans Walf Quotidien, la coalition Yewwi Askan Wi (libérer le peuple en wolof) dont Sonko est membre note que « Macky Sall a opté pour la terreur et l'intimidation comme arme politique ».

EnQuête prend prétexte de cette violence préélectorale pour annoncer « le retour du monstre ». A trois mois des élections locales de janvier 2022 en effet, « la violence ressurgit déjà ». Mais pour le journal, l'histoire politique du Sénégal est « jalonnée de violences ».

L'Observateur fait focus sur la communication gouvernementale marquée par « le réveil des vieux démons ». Si une des sources décrie « un manque d'autorité, de cohérence », Yakham Mbaye, directeur général du quotidien national Le Soleil, indique pour sa part que « se taire face aux attaques contre le président, c'est une marque de déloyauté ».

En Economie, le lanceur d'alerte congolais et ancien banquier, Jean-Jacques Lumumba, déclare dans le journal que « la plupart des banques en Afrique sont des lessiveuses d'argent public ».

En société, L'Observateur livre les résultats de son « enquête sur la zoophilie, un plaisir bestial ». « J'ai eu ma première expérience sexuelle avec une brebis », confie un adepte de ce comportement déviant.

Sur la baisse des cas de Covid-19, Le Soleil indique que le Sénégal est désormais « sur la liste des pays +verts+ de la France ».

En football, le quotidien national indique que les Lions sont les « premiers qualifiés en Afrique pour les barrages » de la Coupe du monde après leur victoire hier devant la Nambie (1-3) suite à un triplé de l'attaquant Famara Diédhiou.

Déjà buteur à l'aller à Thiès, « Famara s'impose à Aliou Cissé » maintenant, analyse L'Observateur. « Famara envoie les +Lions+ sur… mars », le mois dans lequel se joueront les matchs de barrages de la Coupe du monde Qatar 2022.

Le journal sportif Stades s'interroge maintenant sur le possible adversaire du Sénégal et avance des noms comme l'Egypte, la Côte d'Ivoire ou le Cameroun. Cependant, « le Sénégal ne doit avoir peur de personne », prévient le sélectionneur Aliou Cissé. « On a un statut à honorer en Afrique et dans le monde », ajoute l'ancien capitaine de la Génération 2002.

ODL/cgd/APA

Dans la même Rubrique
Sénégal: Locales 2022, société et santé au menu de la presse
Sénégal : les investitures aux Locales 2022 au menu de la presse
Sénégal: Serigne Babacar Sy Mansour en vedette dans la presse
Religion et politique au menu de la presse sénégalaise
Sénégal: les violences avant les Locales 2022 en vedette dans la presse