Tabaski et Covid, sujets dominants dans la presse sénégalaise

Sénégal - Presse - Revue


Les journaux sénégalais, reçus mardi à APA, traitent essentiellement de la célébration de la fête musulmane du sacrifice dans un contexte marqué par la recrudescence du nouveau coronavirus.

Sud Quotidien note une « Tabaski à double vitesse » au Sénégal car l'Aïd el-Kebir sera fêtée « mardi et mercredi ». Mais, signale Le Quotidien, « plusieurs mosquées (comme celle de la famille omarienne) renoncent à la prière collective » à cause de la hausse exponentielle des cas de Covid-19.

Pour L'Observateur, « le discours religieux (peut) pallier les lacunes de la parole politique » dans la lutte contre le virus mortifère. A en croire ce journal, « la population, habituée aux retournements de veste des politiques, a fini par démystifier l'autorité voire la décrédibiliser ».

EnQuête, sous le titre « L'histoire donne raison au Khalife », affirme que « dans la campagne de lutte contre la Covid-19, certaines familles religieuses vont plus vite que les politiques. Le discours est ferme (et) constant ».

Si ce journal fait un focus sur Serigne Babacar Sy Mansour, le Khalife Général des Tidianes, c'est parce que le guide religieux s'est notamment opposé à « l'ouverture des mosquées » pour éviter la propagation de la maladie et a dénoncé la « démission de l'Etat » dans la gestion de la pandémie.

En tout cas, Alioune Badara Mbengue, le Gouverneur de Kaolack (Centre), a pris ses responsabilités en annulant, selon WalfQuotidien, les « concerts de lendemain de Tabaski » dans cette région.

Le Sénégal, depuis quelques semaines, est entré de plain-pied dans la 3e vague. La municipalité de Dakar, qui concentre l'essentiel des infections, a doté ses structures de santé « d'un important lot de matériels sanitaires d'un coût total de 1,2 milliard F CFA » d'après Vox Populi.

Dans ce contexte économique morose, les femmes sénégalaises disposent d'un mécanisme de financement qui leur est d'une aide précieuse surtout lors de la Tabaski. Intitulé « Les coffres du festin », un reportage à Diourbel (Centre) du journal Le Soleil nous plonge dans l'univers de ces dames.

Une gérante explique, dans les colonnes du quotidien national, le mode opératoire : « J'ai plus de 2,5 millions F CFA à distribuer aux 23 membres de notre groupement (en fonction de) leur participation individuelle. Les cotisations, qui varient de 1000 à 5000 F CFA, sont collectées tous les vendredis pendant 12 mois. L'objectif est d'épauler nos maris ou de prendre en charge les besoins de nos familles à l'occasion de la Tabaski ».

ID/APA

Dans la même Rubrique
Sommet Afrique-France : un autre format pour « réinventer » la relation
Covid-19 : le variant Delta s'installe au Sénégal
Coronavirus et baccalauréat à la Une de la presse sénégalaise
Covid-19 : l'arrivée des vaccins s'intensifie en Afrique
Sénégal : démarrage des épreuves du baccalauréat