Ethiopie: mandat d'arrêt contre 76 officiers de l'Armée

Ethiopie-Sécurité-Divers


La police fédérale éthiopienne a émis un mandat d'arrêt contre 76 officiers militaires, dont des généraux de l'armée, pour des crimes présumés de trahison, de corruption et de graves violations des droits de l'homme.

Dans un communiqué publié ce jeudi, la police fédérale a déclaré que les responsables du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) et des officiers supérieurs sont accusés d'avoir commis une trahison en attaquant la division de commandement nord de la force de défense nationale et en massacrant ses membres.

La police a déclaré qu'elle a mené des enquêtes de suivi rigoureuses pour capturer les mis en cause et les traduire devant la justice pour leur prétendue implication dans des actes de trahison contre la souveraineté de la nation.

La police a accusé les hauts fonctionnaires, les officiers militaires, notamment des généraux de l'armée qu'elle appelait la « junte du TPLF », d'avoir uni leurs forces au Front de libération rebelle Oromo (OLF) pour déstabiliser la nation.

Le communiqué accuse la « Junte du TPLF » de financer les rebelles de l'OLF et de fournir une formation militaire à ses troupes dans l'Etat régional du Tigré.

Des responsables du TPLF et des généraux de l'armée ont également été inculpés d'incitation à plusieurs violences et troubles ethniques et religieux qui ont abouti au massacre et à de graves blessures sur des personnes innocentes, ainsi que la destruction de biens, indique le communiqué.

MG/abj/fss/te/APA

Dans la même Rubrique
Côte d'Ivoire: prorogation de la suspension des manifestations sur la voie publique jusqu'au 15 décembre
Éthiopie: accès humanitaire onusien au Tigré
Droits humains: Amnesty s'inquiète au Tchad
Togo: Amnesty dénonce les nouvelles arrestations d'opposants
Ethiopie: le HCR veut un accès humanitaire au Tigré