Roch Marc Christian Kaboré, cinq ans en demi-teinte

Burkina-Président-Bilan


Roch Marc Christian Kaboré (RMCK), candidat à sa réélection à la présidentielle du dimanche 22 novembre, présente un bilan mitigé dans un contexte sécuritaire angoissant.

A deux jours de la fin de la campagne, le président sortant a déjà pris date. Comme en 2015, il promet de réaliser un « coup K.O. » en dépit d'un quinquennat qui semble plus marqué d'échecs que de réussites.

A 63 ans, RMCK se considère comme l'homme de la situation au Burkina Faso. Pourtant, sous son magistère, le pays des hommes intègres a fortement été éprouvé par la menace terroriste. Et cette année, la Covid-19 a davantage compliqué sa tâche.

L'analyste politique Lionel Bilgo note que le tableau « est moins lumineux » au plan social où le chef de l'Etat n'a pas su, dès l'entame de son mandat, recoller les morceaux fragmentés sous le poids des crises ayant émaillé le pays avant son accession au pouvoir.

« Le climat social s'est vite dégradé avec des grèves à répétition tant les attentes sociales étaient nombreuses. Dépassé, me semble-t-il, ses gouvernements n'ont pas su asseoir une confiance avec les acteurs du monde syndical. Un autre point noir c'est la lutte contre le terrorisme qui vient entacher le quinquennat par des chiffres macabres : plusieurs millions de déplacés internes, des milliers de morts et des attentats jusqu'au cœur du commandement militaire à Ouaga. Pour finir, la corruption qui s'est amplifiée sous sa gouvernance et cela contre toute attente », a listé le directeur Afrique de Teminiyis Media.

Insécurité permanente

Les exactions jihadistes dans le pays, souvent entremêlées à des conflits intercommunautaires, ont fait depuis 2015 plus de 1200 morts, majoritairement des civils, et un million de déplacés. Le dernier épisode est intervenu mercredi 11 novembre. En pleine campagne électorale pour la Présidentielle et les Législatives du 22 novembre. Quatorze soldats ont péri dans une embuscade dans le nord. C'est l'une des plus graves attaques contre l'armée depuis cinq ans.

Malgré tout, le président du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) promet de ramener « la paix » sans convaincre son principal opposant, Zéphirin Diabré. « Comment peut-on parler développement s'il n'y a pas de sécurité ? Il y a là un enjeu très important auquel il va falloir s'attaquer de manière frontale et réussir à renverser définitivement la tendance », a déclaré le candidat de l'Union pour le Progrès et le Changement (UPC).

Avant l'apparition du nouveau coronavirus, la santé économique du pays avait pris un coup du fait de l'insécurité. « Le Burkina n'était plus recommandable et plusieurs chancelleries mettaient en garde leurs ressortissants. Les investisseurs restaient dubitatifs pour s'engager ouvertement sur certains projets. Heureusement que la production de l'or, dont le cours n'a pas beaucoup chuté, a permis de garder le pays sur une pente en progression. La Covid-19 est venue accentuer la morosité économique qui se faisait déjà sentir poussant l'Etat à faire des bandages pour limiter l'hémorragie dans certains secteurs », analyse M. Bilgo qui appelle à « se pencher sur les leviers pour donner de l'oxygène » à l'économie nationale après cette parenthèse électorale.

Croissance et chômage

La Banque africaine de développement (Bad) évaluait le taux de croissance du PIB au Burkina Faso à 6% pour 2019 contre 6,8% en 2018. Le Produit Intérieur Brut est tiré principalement par le dynamisme du secteur secondaire (8,3%), des services (6,6%), de la progression soutenue de la consommation privée (7,5%) et de la consommation publique (6%), mentionnait l'institution financière.

Deux ans auparavant, le chômage concernait 6,6% de la population active. Mais à la décharge du président Kaboré, l'éditorialiste Dieudonné Zoungrana fait remarquer que « les attaques terroristes peuvent bien expliquer pourquoi il n'a pas pu réaliser certains chantiers. Ce n'est pas une excuse absolutoire, mais une raison valable ».

Au-delà du bilan sécuritaire, Lionel Bilgo retient que le chef de l'Etat a fait « de certaines promesses une réalité ». Après avoir succédé à Blaise Compaoré après 27 ans de règne, le « président des grandes premières au Burkina » a instauré le vote des Burkinabè de l'étranger et la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans, a-t-il illustré.

Banquier de formation, Roch Marc Christian Kaboré a été plusieurs fois ministre, Premier ministre, président de l'Assemblée nationale et chef de l'Etat. A l'image de Macky Sall en 2012 au Sénégal, le candidat du MPP avait, en mars 2015, effectué une tournée dans les treize régions du Faso pour aller à la rencontre des populations et présenter son programme. Il s'était engagé lors de la campagne à valoriser le capital humain afin d'améliorer les conditions de vie de ses compatriotes en boostant les secteurs porteurs de l'économie et les emplois.

Embellies

« Malgré que son quinquennat soit lesté par la problématique sécuritaire, la fronde sociale avec les grèves, le président sortant peut se prévaloir de la prime au sortant. Tout n'a pas été que noir », a relativisé Dieudonné Zoungrana. En guise d'illustration, le Directeur de publication du quotidien Aujourd'hui au Faso énumère « les infrastructures routières, la gratuité des soins pour les enfants de zéro à cinq ans et les femmes indigentes, la construction des lycées scientifiques, et (l'ancrage) de la démocratie ».

Pour cette élection, le chef de l'Etat peut tirer profit de la division de l'opposition. D'ailleurs, c'est l'une des raisons qui font que les militants du MPP croient à la victoire dès le premier tour là où leurs adversaires répètent que « c'est impossible ». « Les deux scénarios sont possibles. Si Rock (Kaboré) passe au premier tour, personne ne crierait au scandale. S'il y a ballotage aussi, c'est un scénario possible », a fait savoir M. Zoungrana.

Toutefois, Lionel Bilgo prévient que ces élections « sont particulières en ce sens que l'exclusion en 2015 de certains partis politiques n'est plus de mise. En plus, des candidats sérieux (13 au total) dotés d'atouts forts il y en a ». Par ailleurs, l'éventualité d'un second tour « est risquée » pour RMCK en raison de l'accord de l'opposition consistant à soutenir le candidat qualifié pour le dernier round.

Réformes

Quoi qu'il en soit, le Burkina Faso a besoin d'un « toilettage structurel », surtout au niveau de l'administration publique et des institutions. C'est d'ailleurs une promesse de campagne du président sortant. « Ce sont des réformes impopulaires qui demandent du courage et de la rigidité pour être appliquées. Ce mandat est le dernier pour lui et s'il veut vraiment marquer l'histoire du Burkina, faire des réformes structurelles est l'un des moyens. Je ne sais pas s'il aura le courage et les coudées franches pour parvenir à de telles réformes », se perd en conjectures M. Bilgo.

Comme pour répondre à cette préoccupation, l'analyste Dieudonné Zoungrana déclare de manière lapidaire : « Il faut attendre de voir, comme on dit (au Burkina Faso), le maçon au pied du mur ».

ODL/id/te/APA

Dans la même Rubrique
Evolution du coronavirus en Afrique
Côte d'Ivoire: on évalue la présidentielle
Ghana : l'ancien président Rawlings enterré le 23 décembre
Législatives burkinabè : pas de majorité absolue pour Roch Kaboré
Burkina : Roch Kaboré se pose en rassembleur