Crise malienne: cinq chefs d'État en médiateurs après l'échec de la Cedeao

Mali-Politique-Crise-Médiation


Plusieurs chefs d'État ouest-africains se rendent jeudi à Bamako pour tenter de trouver une issue à la crise sociopolitique qui secoue le Mali.

En exclusivité, APA a appris qu'une délégation de chefs d'État membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (Cedeao) se déplace jeudi à Bamako pour chercher une solution à la grave crise politique qui oppose le président Ibrahim Boubacar Keïta et ses opposants. Ces derniers réclament son départ immédiat.

La délégation présidentielle, composée notamment de l'Ivoirien Alassane Ouattara, du Nigérian Muhammadu Buhari, du Nigérien Mahamadou Issoufou, du Ghanéen Nana Akufo-Addo et du Sénégalais Macky Sall, se déplace au Mali suite à l'échec d'une première tentative de médiation de la Cedeao dirigée par l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, qui a achevé dimanche une visite débutée mercredi dernier.

A lire aussi: Mali : le M5-RFP donne du fil à retordre à la Cedeao

« Nous avons rencontré le M5-RFP quatre fois et nous n'avons pu rapprocher nos divergences », a reconnu Goodluck Jonathan lors d'une conférence de presse.


Le chef de l'État malien est acculé depuis plus d'un mois par le Mouvement du 5 Juin - Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) qui exige sa démission. Ce collectif, dirigé par l'influent imam Mahmoud Dicko, regroupe des chefs religieux et des personnalités du monde politique et de la société civile.

À l'issue de ses nombreuses consultations, la médiation ouest-africaine a émis une série de propositions pour l'essentiel identiques à celles rejetées la veille par le mouvement.

Les médiateurs ont demandé la nomination, « de toute urgence, d'un gouvernement d'union nationale, sur la base du consensus » avec 50 % des membres issus de la coalition au pouvoir, 30 % de l'opposition et 20 % de la société civile.

Les émissaires de la Cedeao ont recommandé également la nomination, via un mécanisme complexe, d'une nouvelle Cour constitutionnelle chargée d'examiner en priorité le litige sur les résultats des élections législatives de mars-avril 2020.

Cependant, le mouvement contestataire estime que les solutions proposées par la Mission de médiation « ne correspondent absolument pas aux aspirations et attentes exprimées par le M5-RFP et portées par l'écrasante majorité du peuple malien ». En réalité, les négociations butent sur le maintien au pouvoir d'Ibrahim Boubacar Keïta prôné par la Cedeao.

A lire aussi: Mali: la légitimité du régime est arrivée à « l'épuisement » (chercheur)

Mais la Mission de médiation de l'organisation régionale a souligné, dans sa déclaration finale, qu'« aucune forme de changement non constitutionnel d'accession au pouvoir ne sera acceptée ».

Pour faire céder le régime d'IBK, le M5-RFP a tenu, chaque vendredi, une grande manifestation à la Place de l'Indépendance de Bamako. Celle du 10 juillet a dégénéré en trois jours de troubles. Les pires dans la capitale depuis 2012. Officiellement, les violences ont causé onze morts et fait plus d'une centaine de blessés.

ODL/id/te/APA

Dans la même Rubrique
Maroc : les délégations libyennes s'accordent à former des équipes de travail chargées des nominations aux postes de souveraineté
Covid-19 : le Mali prévoit une campagne de vaccination en avril
Bédié accorde une audience à KKB suite à une "demande" de Macky Sall
Arrivée à Abidjan des corps des 4 Casques bleus ivoiriens tués au Mali
La Centrafrique au bord de la crise humanitaire