Les attaques terroristes ont endeuillé les Burkinabè en 2019

Burkina Faso-Terrorisme-Rétro


Les multiples attaques terroristes perpétrées par des individus armés sur le territoire national en 2019, ont causé des centaines de morts (civils et militaires) au Burkina Faso, marquant la vie sociale dans le pays.

L'une des dernières attaques les plus sanglantes est celle survenue le 24 décembre à Arbinda, dans la région du Sahel, faisant une quarantaine de morts dont 31 femmes et 7 soldats.

Un mois plus tôt, le 6 novembre, une autre attaque perpétrée sur un convoi de travailleurs d'une mine d'or, avait occasionné la mort d'une quarantaine de personnes à Bongou, localité située dans la région de l'Est.

Selon les chiffres officiels, les attaques terroristes ont fait au total plus de 700 morts et de nombreux déplacés internes, enregistrés notamment dans les régions du Centre, du Sahel, du Nord, du Centre-nord et de l'Est.

Ces derniers temps, en attendant l'opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel, ce sont les Forces de défense et de sécurité (FDS) burkinabè qui administrent des pertes en vies humaines et des saisies de matériels dans le camp des assaillants.

Ainsi, lors de l'attaque de la veille de Noël à Arbinda, plus de 80 terroristes ont été neutralisés par l'armée burkinabè qui a également saisi de nombreuses armes et munitions appartenant aux terroristes.

C'est donc à juste titre que les FDS sont considérés comme la personnalité de l'année 2019 par certains médias.

Actuellement, un couvre-feu est instauré dans certaines régions du pays. De même, le gouvernement vient de demander à l'Assemblée nationale la prolongation de l'état d'urgence dans 14 provinces de six régions du Burkina Faso.

ALK/te/APA

Dans la même Rubrique
Le Burkinabé Zango bat le record du monde de triple saut en salle
2020, une année électorale en Afrique
La Covid-19 terrasse les économies africaines
Afrique : 2020, une année sportive à nulle autre pareille
Niger : Les forces spéciales envoyées dans l'Ouest