à l'instant

    Cameroun-Aquaculture

    Vers une production de 183 tonnes de poisson dans un Agropole camerounais

    APA-Douala (Cameroun)-

    L’Agropole de production et commercialisation du poisson d’Abong-Mbang dans l’Est du pays va contribuer à améliorer la production halieutique nationale puisque ce centre dont la production actuelle de poissons est de 37 tonnes passera à 183 tonnes à l’horizon 2020, ont indiqué mardi les promoteurs du projet.

    Suite à une convention de financement d’environ 500 millions de francs signés entre les promoteurs et le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT), les alevins et les aliments dont la production est actuellement de 80 000 et 20 tonnes seront désormais de 1 200 000 alevins et 500 tonnes d’aliments.


    Dans cette perspective, il  sera question de construire des étangs, des stations d’alevinage, la chaîne de fabrique d’aliments, mais aussi d’acquérir des intrants sans parler de la formation des producteurs.


    «C’est l’aboutissement d’un long processus. Donc, grande est notre satisfaction de voir que notre agropole peut prendre corps. Mais il faut bien le relever, les activités ont débuté il y a un certain nombre d’années. En termes de perspectives, c’est l’extension de l’activité dans le département pour en faire un grand bassin de production », a indiqué Louis Marie Nkoum-me Ntseny, promoteur dudit Agropole.


    Pour le programme Agropoles, « l’élevage de poisson est l’une des priorités des années 2017 et 2018. Le Nyong est l’un des cours d’eau les plus poissonneux au Cameroun, et nous nous sommes donc dit qu’on pourrait s’intéresser à la mise en place d’un agropole dans la localité puisque l’élite en a manifesté l’intérêt », a indiqué Adrian Ngo’o Bitomo, coordonnateur national du programme Agropoles.


    Selon des statistiques, la production du poisson reste un défi pour le Cameroun avec une demande annuelle estimée à 300 000 tonnes, accuse un gap d’environ 110 000 tonnes.


    Ce déficit en poisson nécessite des importations de l’ordre de 125 milliards de francs CFA par an.



    MBOG/te/APA

    Réagir à cet article