à l'instant

    Burkina-Presse-Revue

    Soutien à l’armée et crise à la mine d’or de Bagassi alimentent les quotidiens burkinabè

    APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini

    Les quotidiens burkinabè de ce vendredi évoquent, entre autres sujets, la crise à la mine d’or de Bagassi et la marche de soutien des femmes aux Forces de défense et de sécurité (FDS), la veille à Ouagadougou.

    «Lutte contre l’insécurité : le soutien des femmes aux FDS», écrit le quotidien national Sidwaya qui renseigne que l’initiative est de la Coordination des associations féminines de Ouagadougou.


    Selon le journal, la marche qui eu lieu, hier jeudi dans l’après-midi, a connu la participation de la Première dame, Sika Kaboré et du médiateur du Faso, Saran Sérémé.


    Pour sa part, Aujourd’hui au Faso affiche : «Soutien aux FDS : des femmes burkinabè ont fait du boucan sur le pavé». Ce quotidien montre une image des marcheuses, avec à leur côté, des personnalités comme l’épouse du chef de l’Etat  et madame le médiateur du Faso.


    Pendant ce temps, Le Quotidien reprend les propos du médiateur du Faso, Saran Sérémé qui professe : «Nous allons vaincre l’ennemi sans visage et lâche».


    Le même journal consacre sa manchette à la crise à la mine d’or de Bagassi, dans la province des Balé, à environ 200 Km à l’ouest de Ouagadougou, avec ce titre : «Violente manifestation des populations contre les responsables de la mine».


    A ce propos, le quotidien à capitaux publics Sidwaya fait observer qu’il y a «amorce d’une sortie de crise».


    Le confrère rapporte que les jeunes de Bagassi, dans la province des Balé, ont barricadé la voie, le mercredi 10 octobre 2018, à 4 heures du matin, pour empêcher les véhicules de la société minière canadienne Roxgold d’accéder au site.


    «Le mouvement d’humeur a dégénéré en heurts entre manifestants et forces de l’ordre, occasionnant des dégâts matériels. Le calme est revenu après, et un comité de crise a été mis en place pour désamorcer les probables rebondissements», écrit Sidwaya.


    ALK/te/APA

    Réagir à cet article