à l'instant

    Côte d'Ivoire-Elections-Résultats

    Municipales au Plateau : le candidat du Pdci affirme avoir «gagné» avec «3.005 voix d’écart»

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    Jacques Ehouo, le candidat du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci) pour les élections municipales de samedi au Plateau, le centre des affaires d’Abidjan, dénonce un « braquage » des résultats et affirme avoir « gagné » avec « 3005 voix d’écart ».

    « Nous avons récupéré nos PV (procès  verbaux) et les avons consolidés ; nous avions autour de 8.600 voix et  l’adversaire (Fabrice Sawegnon, candidat de la coalition au pouvoir )  avait à peu près 5.600, donc il y avait 3005 voix d’écart », a dit  Jacques Ehouo à la presse, au siège du Pdci dimanche. 

    «  Après le dépouillement, nous avons constaté que nous étions  majoritaires. Nous avons gagné sept centres sur huit et à notre grande  surprise, les représentants de l’adversaire quand ils se sont rendus  compte que les résultats étaient défavorables ont refusé de signer les  PV », a -t-il ajouté.  

    Au moment de consolider  les résultats au niveau de la Commission électorale indépendante (CEI)  locale, M. Ehouo s’est dit « très surpris » avec son équipe de voir que «  le président la CEI  numéro 2 n’était pas présent » et que celui de la  CEI 1 qui était présent, soit parti avec le commissaire de police avant  de revenir entre « 4h à 5h du matin pour faire la consolidation » des  résultats.  

    « A la CEI 1 la consolidation se  fait normalement, mais à la Cei numéro 2, à un moment donné ils  arrêtent, des policiers arrivent, un cordon sécuritaire se met en place,  ils prennent les urnes avec nos militants qui sont molestés ils se  rendent à la CEI départementale au niveau de Angré Star 12 »,  rapporte-t-il.  

    « On découvre que le bureau  (de la CEI départementale) où il a été déposé les urnes nous assistons à  un braquage électoral, il y a une maison mitoyenne de ce bureau, c’est  la maison à la mère de notre adversaire », a lancé le candidat du Pdci.  

    «  Au sortir de là, on nous dit que malheureusement nous avons perdu près  de 2.000 voix, nous avons nos PV, ils refusent de prendre en compte nos  PV et ils refusent en plus de faire le recomptage des bulletins, nous  refusons cela, nous n’admetterons pas cela », a-t-il déclaré.  

    Pour  le député de la circonscription du Plateau, il faut qu’un « comptage se  fasse devant les responsables, devant les représentants, on compte les  bulletins et à partir de là on sait qui gagne », si non il n’accepterait  « jamais » ces résultats. 

    « Nous n’allons  jamais accepter cela, je demande à tous les militants du Pdci, de la  LMP, du FPI (Front populaire ivoirien) et même du Rdr (parti  présidentiel) que ce braquage électoral au niveau de la commune du  Plateau ne passera pas », a-t-il insisté.    

    M.  Ehouo ne compte pas faire de recours. «  Nous considérons que nous  avons gagné, s’ils considèrent avoir gagné, qu'on se retrouve et qu'on  prenne les PV, qu’on vérifie les numéros des PV, qu'on vérifie les  signatures, à partir de ce moment, on prend les urnes on recompte tous  les bulletins », a-t-il dit. 

    Le secrétaire  exécutif en chef du Pdci, Kakou Guikahué, a dénoncé peu avant M. Ehouo  des « fraudes » et un « braquage éhonté des résultats » des élections  locales dans certaines circonscriptions qui lui sont favorables, lors  d’une conférence de presse. 

    AP/ls/APA

    Réagir à cet article