à l'instant

    Sénégal-Océans-Préservation

    Les scientifiques invités à se mettre au service de la préservation des océans

    APA-Dakar (Sénégal)

    Le directeur de la Recherche et de l’Innovation au ministère de l’Enseignement supérieur du Sénégal, Amadou Thierno Guèye, a appelé, mercredi à Dakar, la communauté scientifique sénégalaise à se mobiliser pour mettre la science, la technologie et l’innovation au cœur d’une gestion rationnelle et durable de l’écosystème marin et de ses ressources.

    « Nous le savons, la planète ne pourra pas se survivre à elle-même si les hommes qui y vivent ne prennent pas la précaution de gérer de façon intelligente et rationnelle les ressources de cette planète », a soutenu le professeur Guèye.

    Il s’exprimait à l’occasion de la consultation nationale sur « L’importance de l’avancement des sciences de l’océan et la nécessité de mieux intégrer les connaissances dans la prise de décisions en Afrique », organisée par l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts).

    Cette consultation nationale vise entre autres objectifs, l’engagement de tous les acteurs intervenant sur les questions océaniques et, en particulier, en zone côtière sénégalaise, dans un processus de concertation, d’échange et de réflexion inclusive et participative afin de produire un document national consensuel axé sur les préoccupations et les priorités des populations et des autorités du Sénégal.

    Pour le coordonnateur de ces consultations, le professeur Salif Diop, ces travaux devraient permettre d’avoir des recommandations tournées vers l’action pour pouvoir faciliter ce rôle de gestion durable des océans « pas pour nous seulement mais, pour les générations future aussi ».

    Cette consultation nationale, qui prendra fin demain jeudi, abordera trois thématiques axées sur : « Socio-économique des communautés littorales : Quel est le rôle de la science ?» ; la « Problématique des questions émergentes » et celle des « Ressources, Ecosystèmes, Biens, Services Éco systémiques et habitats au Sénégal. »


    ARD/te/APA

    Réagir à cet article