à l'instant

    Centrafrique-Presse-Revue

    Visite onusienne et forfaiture de casques bleus au menu de la presse centrafricaine

    APA-Bangui (Centrafrique) -

    La visite d’Adama Dieng, Conseiller spécial du SG de l’ONU pour la prévention du génocide, focalise toujours la presse centrafricaine qui s’intéresse aussi au nouveau cas d’abus sexuels qu’auraient commis des casques bleus.

    « Le conseiller spécial du secrétaire général pour la prévention du génocide inquiet de la situation du pays », titre le Réseau des journalistes pour les droits de l’homme (RJDH), d’après qui Adama Dieng a constaté qu’« il y a eu recrudescence de violences graves des droits de l’homme et d’atteintes au droit international humanitaire, y compris des violences sexuelles sur fond d’affrontements des groupes armés et d’instrumentalisation de la religion, des sensibilités ethniques ou des origines des communautés, observés du sud-est au nord-ouest du pays.»

    Pour sa part, Le Citoyen, sous le titre « Adama Dieng : ‘’la responsabilité de protéger les populations incombe à l’Etat centrafricain’’ », note également que le conseiller spécial révèle avoir fait des constats amers lors de ses déplacements.

    Et Le Citoyen de citer Adama Dieng en ces termes : « de Bria où je me suis rendu, j’ai pu constater avec regret et consternation la destruction systématique des habitations de la population civile dont une bonne partie fut contrainte au déplacement. Des rapports similaires me sont parvenus de Bangassou, Mobaye, Alindao, Bocaranga, Niem, Gambo faisant état de violations graves à l’encontre des populations civiles ».

    « Adama Dieng consterné par les atrocités commises en Centrafrique et demeure sceptique contre l’impunité », titre, de son côté Le Démocrate, là où l’Agora, affiche : « Adama Dieng : ‘’le génocide est prévenu’’ ».

    Selon ce dernier journal, le Conseiller spécial du SG de l’ONU en matière de génocide de l’ONU a fait cette déclaration à la presse : « J’encourage tous les efforts de monitoring et de documentation des messages de haine et d’incitation à la violence pour identifier les auteurs ainsi que les instigateurs afin que leurs actes ne restent impunis ».

    Centrafric Matin s’est intéressé au déplacement d’Adama Dieng à Bria au centre nord de la RCA et titre à ce sujet : « « Bria : refus catégorique des autodéfenses d’échanger avec Adama Dieng, le monsieur génocide des Nations Unies ».

    Tout en approuvant l’attitude des mouvements d’autodéfense, le journal estime que « les vrais auteurs de génocide en RCA sont certains contingents de la MINUSCA et leurs complices des factions Seleka et anti-Balaka.»

    Parlant des abus sexuel perpétrés par les casques bleus à Bambari au centre du pays, Le Confident, un quotidien privé de Bangui titre : « Les soldats de la MINUSCA plus aptes à ouvrir la braguette qu’à appuyer sur la gâchette ».

    Le journal a fait le compte-rendu des évènements du cas d’abus et exploitation sexuel par les casques bleus à Bambari fin septembre.

    Pour sa part, le quotidien La Nouvelle Centrafrique titre : « MINUSCA, plombée par des agressions sexuelles systématiquement étouffées par Onanga Anyanga ».

    Ce journal rapporte que le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric, a reconnu que des membres de la Mission de l’ONU en Centrafrique (MINUSCA) ont déjà été accusés dans le passé d’abus sexuels. Ils se seraient produits le 30 septembre à Bambari, dans le sud du pays, et seraient l’œuvre de contingents mauritaniens

    Pourtant, souligne La Nouvelle Centrafrique, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui doit effectuer prochainement une visite en Centrafrique et s’entretenir avec des victimes, a édicté une tolérance zéro à ce sujet.


    BB/cat/APA

    Réagir à cet article