à l'instant

    Côte d'Ivoire-Maritime

    Secteur maritime: ouverture à Abidjan de la Conférence internationale du G7++

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    La session 2018 de la Conférence internationale du G7++, groupe des amis du Golfe de Guinée, s’est ouverte jeudi à Abidjan, dans les locaux du ministère des Affaires étrangères, sous la coprésidence du Canada et de la Côte-d’Ivoire.

    Cette réunion qui se tient du 6 au 7 décembre 2018, se situe dans le vaste élan de la mobilisation internationale autour de la problématique de la piraterie, de la sûreté et de la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée. Elle regroupe plusieurs experts du secteur maritime. 

    Les travaux de la session ont été ouverts par le ministre ivoirien des Transports, Amadou Koné, représentant le ministre d’Etat, en charge de la Défense, Hamed Bakayoko. Il s’est félicité de ce que la Côte d'Ivoire soit le premier pays africain à assurer la co-présidence de cette conférence internationale. 

    Pour M. Amadou Koné, la co-présidence du G7++, placée entre les mains du Canada et de la Côte d'Ivoire pour l’année 2018 est un « challenge pour les États du G7++, mais surtout pour les États du Golfe de Guinée » qui devraient prendre le lead de la lutte contre la criminalité maritime. 

    Il a fait savoir que « la réalisation d’un cadre juridique uniforme et harmonisé devrait faciliter une coopération plus forte et plus efficace entre les autorités compétentes (douanes, police maritime, garde-côtes,  police nationale et force navale) » dans l’ensemble des États du Golfe de Guinée.  

    Paula Caldwell St-Onge, directeur général des Affaires panafricaines et affaires mondiales du Canada, présente à la conférence, s’est dite «très heureuse » que cette réunion soit organisée en sol africain avec le Canada qui assure la présidence du G7 cette année.   

    « Le Canada estime qu'il est essentiel que les pays africains soient reconnus pour leur rôle de chef de file quant à la résolution des problèmes de sécurité maritime dans le Golfe de Guinée ». Et ce, afin de relever les défis  de la sécurité maritime grâce à la coopération.

    Cette réunion devrait servir de plate-forme pour mieux coordonner en matière de sécurité maritime et de soutenir une économie bleue plus forte. Et ce, avec les communautés côtières et le développement des économies locales plus résilientes. 

    « Le Canada continue à s’engager avec nos partenaires à appuyer la sécurité du Golfe de Guinée, et maintenant nous élargissons la discussion aux questions du genre, des termes reliés au développement de l’économie bleue et la protection de l’environnement maritime », a-t-elle poursuivi.  

    L’objectif du G7++ est d’accompagner les pays membres du Golfe de Guinée à améliorer la sécurisation de leurs espaces maritimes, à harmoniser les différents cadres législatifs relatifs à la lutte contre la piraterie maritime, à renforcer la coopération inter-Etat et à promouvoir l’économie bleue. 

    Il s’agit notamment d’accompagner les Etats du Golfe de Guinée dans la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité et dans l’implémentation de l’architecture de Yaoundé validée lors du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de juin 2013.

    En dépit des efforts déployés par les États,  les actes de vols à main armée, de trafics humains, de vente de drogue, de piraterie et de terrorisme maritime, restent élevés dans les Etats du Golfe de Guinée, qui devront accroître les moyens logistiques des forces navales et les patrouilles dans les eaux. 

    Le G7++, groupe des Amis du Golfe de Guinée comprend l’Allemagne, le Canada, les Etats-Unis d’Amérique, l’Italie, le Japon, du Royaume-Unis, la France, la Belgique, le Brésil (observateur), la Corée du Sud, le Danemark, l’Espagne, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, la Suisse, l’Union Européenne, l’ONUDC et Interpol. 

    AP/ls/APA

    Réagir à cet article