à l'instant

    Côte d’Ivoire-UA-UE

    Les Patronats de l'UA et de l'UE appellent les chefs d'Etat à "mettre le secteur privé au cœur de la stratégie" commune

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    Les présidents de Patronats de l'Union africaine (UA) et de l'Union européenne (UE) ont appelé mardi à Abidjan les chefs d'Etats à "mettre le secteur privé au cœur de la stratégie" commune entre l'Afrique et l'UE en vue d'apporter une réponse à la crise migratoire et à la problématique de l'emploi, lors d'une rencontre.

    "Nous demandons aux chefs d'Etat de réorienter la relation UE-UA en mettant le secteur privé au cœur de la stratégie" commune, a dit Jean-Marie Ackah, président du Patronat ivoirien à la presse, indiquant qu'il s'agit de "l'impliquer déjà en amont dans la définition des politiques".

    Il a souhaité que le secteur privé soit partie prenante en faisant de lui le fer de lance du développement de l'Afrique à travers les entreprises européennes et africaines pour apporter des solutions à  l'ensemble de ces problématiques.

    M. Célestin Tawamba, président  du Groupement international du Cameroun (Gicam), a lu une déclaration commune retraçant l'ensemble des recommandations. Les Patronats UA-UE ont invité les chefs d'Etat des deux parties à définir un partenariat stratégique de long terme, basé sur l'économie et impliquant le secteur privé avec des avantages réciproques et incluant un dialogue en amont à travers une plateforme.

    Selon le texte, les Patronats de l'UE-UA demandent un "nouvel accord qui régira la coopération entre l'Europe et l'Afrique, et une plate-forme de travail, de négociations réunissant la Commission européenne, le secteur privé des deux parties".

    Constatant le consensus sur l'efficacité limitée du financement sous forme de dons, les présidents des Patronats UE/UA ont proposé un volet financement du nouvel accord Afrique-UE comprenant un "rééquilibrage" beaucoup plus important entre les dons et les prêts, et une réduction des délais de financement européen.

    Les Patronats UA-UE ont souhaité que de nouvelles modalités de financement soient mises en place, telles que des mécanismes de garanties, et que des mesures apparaissent pour développer les marchés financiers nationaux.

    Les chefs d'Etat de l'UA et de l'UE tableront du 29 au 30 novembre à  Abidjan sur les relations à venir ainsi que la problématique de la crise migratoire et de l'emploi.

    "Si la problématique est une problématique de création d'emplois et de richesses,  nul n'est mieux placé que le secteur privé peut apporter des réponses concrètes à cette problématique pour lutter contre la pauvreté" et créer les emplois, a dit M. Jean-Marie Ackah.

    Le président du Groupement international du Cameroun (Gicam) Célestin Tawamba, a lors d'une conférence de presse demandé que les textes à venir et les accords entre l'Afrique et l'UE fassent que le secteur privé soit au "cœur dès le début des politiques" communes.

    "La sécurité de l'Europe passe par le développement de l'Afrique et le développement de l'Afrique passe par le développement de richesses et l'emploi de la jeunesse. C'est la seule réponse à la crise migratoire. Si on connaît les causes, il faut que la mise en œuvre soit faite dans un partenariat gagnant-gagnant", a-t-il dit.

    La rencontre a réuni les présidents de Patronats de la Côte d'Ivoire, de la France, du Maroc, de la Tunisie, du Cameroun, de la Guinée, de la République démocratique du Congo et du Kenya.

    PIG/ap/ls/APA

    Réagir à cet article