à l'instant

    Sénégal-Festival-Financement

    Le secteur privé sénégalais sollicité pour le festival des arts et de la culture

    APA-Dakar (Sénégal)

    Abdou Latif Coulibaly, ministre de la Culture a appelé, jeudi à Dakar, les entreprises privées à participer davantage au financement du Festival national des arts et cultures (Fesnac).

    « Le soutien du secteur privé au Fesnac n’est pas encore à la hauteur de nos attentes. Il y a très peu de sponsors intervenant dans ce festival qu’ils le considèrent comme une activité gouvernementale. La culture est assez abstraite dans la tête de nombreux responsables d’entreprise. Ils ne voient pas forcément au bout une rentabilité. Il faut donc communiquer avec eux pour les convaincre », a déclaré Abdou Latif Coulibaly.

    Il présidait un atelier d’évaluation de la 10ème édition du Festival national des arts et cultures (Fesnac).

    M. Coulibaly, regrettant l’insuffisance des moyens financiers consacrés à l’organisation du festival, a estimé que la réflexion doit être ouverte pour faire du Fesnac une biennale, ce qui permettra à terme « d’agréger les budgets » pour un meilleur résultat.

    Partant d’un constat, M. Coulibaly s’est ensuite réjoui « de la bonne collaboration des organisateurs du Fesnac avec le monde universitaire, jetant ainsi les bases d’un partenariat fécond devant être consolidé afin de tirer pleinement profit de la science universitaire ».

    Concluant son propos, le ministre de la Culture, a souligné « l’importance de consigner les résultats des échanges dans des documents pour leur vulgarisation ». A cet effet, il dit avoir « donné des instructions aux responsables du Fesnac pour que les actes des colloques soient finalisés et édités ».

    De l’avis de Fatou Guèye Sidibé Diallo, administrateur du Festival national des arts et cultures (Fesnac), ladite activité est « un outil de décentralisation, un cadre de valorisation du patrimoine culturel, un élément porteur de plus-value au regard de l’ensemble des échanges qu’il occasionne ». Elle a aussi affirmé que le Fesnac apporte « une réponse culturelle aux difficultés d’ordre social » auxquelles le Sénégal fait face.

    Au cours de cet atelier, les acteurs culturels vont débattre de la gouvernance du Fesnac, de son organisation, de l’animation scientifique et celle artistique.

    Le Fesnac, une des fortes recommandations du Colloque sur les convergences culturelles au sein de la nation sénégalaise tenu en 1994 à Kaolack (centre), a vu le jour trois ans plus tard. Son objectif est d’encourager l’expression des spécificités culturelles, tout en mettant en exergue leurs éléments de convergence pour la sauvegarde de l’unité nationale.



    ID/te/APA

    Réagir à cet article