à l'instant

    Nigeria-Forêts

    Le Nigeria perd 11% de ses forêts chaque année (Centre)

    APA-Abuja (Nigeria)

    Le Nigeria perd ses forêts à un taux de 11,1% par an, ce qui en fait le plus haut du monde, a déclaré le Centre régional d’expertise sur l’éducation (RCE) pour le développement durable.

    Cette révélation a été faite jeudi à l’Université d’Ilorin, dans l’Etat de Kwara par le Pr. Albert Olayemi, la personne focale du RCE pour le développement durable à Ilorin.


    A l’occasion de la signature d’un document soutenant l’Assemblée de Kwara au sujet des amendements qu’elle a proposés pour améliorer la loi régissant les activités des hommes usant de tronçonneuses et la loi qui régit l’économie de charbon dans cet Etat, le Pr. Olayemi a déclaré que près de 13 millions d’hectares étaient déboisés chaque année dans la partie tropicale du monde.


    "Il existe d’innombrables preuves de l’effet dévastateur de la déforestation et de la production de charbon de bois sur l’environnement. Les forêts sont défrichées pour l’exploitation forestière, la vente de bois, l’agriculture de subsistance et la collecte de bois de chauffage, ce qui constitue un sérieux problème au Nigeria", a-t-il déclaré.


    Il a expliqué que dans l’Etat de Kwara, le bois de feu et le charbon de bois étaient les principales sources d’énergie pour de nombreux ménages.


    "La perte de biodiversité, l’épuisement des ressources en eau, la pollution atmosphérique et les calamités environnementales telles que les pluies acides, la désertification et les inondations sont quelques-uns des effets de la déforestation", a-t-il dit, ajoutant que l’érosion et la déstabilisation des sols, la migration des espèces animales et l’augmentation du rayonnement solaire réfléchi sont également des effets de la déforestation.


    "A la lumière de ces effets négatifs, le centre exprime son soutien sans réserve à la nouvelle initiative de l’Assemblée de l’Etat de Kwara", a-t-il ajouté.


    Cependant, il a désapprouvé les efforts en cours pour arrêter la déforestation dans l’Etat, qu’il décrit comme étant "sans conviction" et "sans vigueur".


    Olayemi a expliqué que la loi était également muette sur le nombre d’arbres à planter pour chaque arbre enlevé et que le Centre voulait au moins dix semis d’arbres plantés pour chaque arbre abattu.


    Selon lui, le RCE propose la création de réserves forestières, de processus de conservation, de programmes de gestion améliorée des forêts tropicales et de reboisement, comme moyens de combattre le défi de la déforestation au Nigeria.


    "Nous proposons également la création de plantations dédiées à la production de charbon de bois, car le charbon de bois est désormais exporté au Nigeria, avec un marché important dans l’UE, aux Etats-Unis et en Asie", a ajouté M. Olayemi.


    Le centre RCE est logé à l’intérieur de l’Université d’Ilorin et son personnel provient de toutes les universités opérant dans l’Etat de Kwara.




    MM/GIK/fss/te/APA

    Réagir à cet article