à l'instant

    Congo-Presse-Revue

    Grève, santé et transport urbain en vedette dans la presse congolaise

    APA-Brazzaville (Congo) -

    La série de grèves dans plusieurs secteurs à Brazzaville, le secteur privé et public de la santé qui projette de mettre en place un programme conjoint pour garantir des soins de qualité à la population et la Société des transports publics urbains (STPU), paralysée par une mauvaise gestion, sont les sujets vedette de la presse congolais de ce jeudi.

    « Avalanche de grèves au Congo –Brazzaville », titre l’hebdomadaire La Griffe qui met en relief les grèves dans plusieurs secteurs à Brazzaville, notamment au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville(CHU) et au Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Dans cette structure, le personnel est en grève depuis la mi-septembre 2017.

    Ces «grèves, note l’hebdomadaire perdurent après des négociations avec le gouvernement et mettent en péril la vie des citoyens malades sans soins ».

    La Griffe mentionne aussi la grève à l’Université Marien Ngouabi où les syndicalistes ont au cours de leur assemblée générale tenue le 6 octobre dernier décidé de la poursuite de mouvement, non sans interpeler le gouvernement sur le risque de deux années blanches (2016-2017 et 2017-2018) si rien n’est fait.

    « Les travailleurs de cet établissement revendiquent outre le paiement de leur salaire plusieurs choses dont l’apurement de leurs heures supplémentaires », rappelle La Griffe.

    « Université Marien Ngouabi : grève maintenue, marche des travailleurs affamés en perspective », titre La Semaine Africaine, un bihebdomadaire catholique qui souligne que « Les syndicalistes de l’Université Marien Ngouabi maintiennent leur grève déclenchée la 1er septembre dernier et menacent d’organiser une marche des affamés de l’Université Marien Ngouabi’’.

    « Vers un programme public/privé dans le secteur de la santé », titre le quotidien Les dépêches de Brazzaville qui rapporte que « le personnel de la santé du public et du privé réunis le 10 octobre à Brazzaville, a jeté les bases d’un programme commun pour l’année 2018 dans la perspective des soins de qualité à la population congolaise. »

    Pour sa part, l’hebdomadaire Le Patriote s’intéresse à la Société des transports publics urbains (STPU) qui est en difficulté pour mauvaise gestion après deux ans d’existence. « L’avènement de la STPU) en juin 2015 tant à Brazzaville qu’à Pointe Noire (deux grandes villes du Congo) était vécu comme un véritablement soulagement de peine dans l’opinion au regard de la dégradation de la qualité des services dans le transport en commun dans ces deux ville (…) après deux ans d’existence, cette société connait des difficultés à cause d’une gestion publique érigée en empire », écrit Le Patriote.

    « En conséquence, ajoute l’hebdomadaire, cette société se retrouve au bord de la banqueroute, croupissant sous le poids d’un lourd endettement et d’une masse salariale insoutenable, en raison des effectifs non-maitrisés. Un second souffle financier est nécessaire pour la survie de cette société.»



    LCM/cat/APA

    Réagir à cet article