à l'instant

    • Congo : deux mois de délestage à Brazzaville et Pointe-Noire

      APA-Brazzaville (Congo) De notre correspondant : Léon Charles Moukouri - — Brazzaville et Pointe-Noire, les deux plus grandes villes du Congo, subiront, du 21 octobre au 5 décembre 2018, des délestages accentués pour cause de travaux dans la Centrale à ga...

    • Cameroun : imbroglio dans le projet de reprise de la BICEC par le...

      APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola - — Le tribunal de première instance de Douala, la métropole économique du Cameroun, statuera jeudi sur le recours en annulation, introduit par un groupe de nationaux, de la reprise de...

    • Gabon : un budget 2806,9 milliards de FCFA prévu pour 2019

      APA – Libreville (Gabon) De notre correspondant : Isaac Mackanga – — Le gouvernement gabonais prévoit pour l’exercice 2019 un budget d’un montant de 2806,9 milliards de FCFA, contre 2918,5 milliards de FCFA pour l’année en cours, soit une baisse de...

    Maroc-Festival-Cinéma

    Festival Méditerranéen de Tanger : Des films de « haute facture » en compétition (Présidente du Jury)

    APA-Tanger (Maroc)

    --Propos recueillis par Hicham Alaoui -- La présidente du jury de la 16ème édition du Festival du court métrage méditerranéen de Tanger, la réalisatrice et productrice Tala Hadid, a souligné que les films en lice pour la compétition officielle de ce rendez-vous cinématographique sont de « haute facture ».

    « Les courts-métrage sélectionnés pour la compétition officielle sont d’une qualité très haute et d’un niveau élevé », a affirmé dans une déclaration à APA la productrice, réalisatrice et photographe britannique d’origine marocaine Tala Hadid, qui préside la 16ème édition de ce Festival qui se déroule du 1er au 06 octobre à la perle du Détroit.

    Selon elle, cette manifestation est rehaussée par la participation de nombreux courts-métrages  de pays du pourtour méditerranéen, tels que le Maroc, la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Tunisie et autres, ce qui reflète, d’après elle, la diversité de ce festival qui cherche toujours à s’imposer en tant que carrefour cinématographique incontournable.

    « C’est important d’avoir des professionnels de cinéma présents ici au Maroc en vue d’échanger les expériences et de partager les bonnes pratiques en matière du cinéma », a-t-elle soutenu, ajoutant que ce festival est un espace adéquat pour réunir l’ensemble des acteurs de l’industrie cinématographique, cinéastes, metteurs en scène, critiques de cinéma et experts, pour discuter et débattre des moyens de promouvoir le secteur du cinéma.

    Pour la lauréate du Grand Prix du Festival National du Film de 2015 pour son premier long-métrage intitulé « La Nuit entr'ouverte », le court-métrage est une étape cruciale et une école importante pour les cinéastes afin d’acquérir de nouvelles connaissances techniques dans le domaine cinématographie avant d’entamer l’expérience du long métrage.

    Certes, la production de courts-métrages est une étape importante pour les jeunes cinéastes qui désirent s’engager dans la réalisation de longs-métrages de haute qualité, a-t-elle tenu à souligner.

    Et de conclure qu’elle est hautement honorée de présider le jury de cette édition du festival qui ouvre la voie à un échange d’expériences entre les cinéastes de différents pays. « Ce qui est important est d’échanger, de discuter et de dialoguer avec nos pairs de différents horizons », a renchérit la productrice et réalisatrice marocaine.

    Née à Londres d’une mère marocaine et d’un père irakien, Tala Hadid s’intéresse surtout au court-métrage et au genre documentaire. Elle est également écrivaine et photographe.

    Diplômée de l’université Columbia de New York, Tala Hadid a à son actif plusieurs courts métrages, dont « Tes cheveux noirs Ihsan », qui reçoit un Student Academy Award et remporte le Prix Panorama du Meilleur Court Métrage à Berlin. Elle réalise plusieurs documentaires, notamment « Sacred Poet » consacré au réalisateur Pier Paolo Pasolini. Son travail est exposé en particulier au Museum of Modern Art de New York, à l’Institut du Monde Arabe de Paris, au Goteborg Kunsthalle en Suède, au Goethe Institute du Caire, à la Cinémathèque Française de Paris.

    Tout récemment, elle a obtenu le Prix Spécial du Jury de l’édition 2018 et le Grand prix du Festival du Cinéma Méditerranéen de Tétouan pour son film documentaire « House in the fields ».

    La 16ème édition du Festival du court métrage méditerranéen de Tanger connaît la participation de 44 films représentant quelque 18 pays de pourtour méditerranéen.

    Cette année, le Festival a introduit une nouveauté dans sa programmation. Ils’agit de la création de la section « Invité du festival », qui sera consacrée, cette année, au court métrage français.

    Ainsi, le programme de cette édition figure une section « compétition » ouverte aux films de court métrage réalisés en 2017 et 2018, une leçon de cinéma, animée par le metteur en scène marocain, Mohamed Mouftakir, et des débats autour des films en compétition, mais aussi un Colloque international sur « les enjeux du court métrage de la production à la diffusion », et une réunion des responsables des institutions du cinéma arabes.

    HA/APA

    Réagir à cet article